Toolbar
  • Affichage
    Ligne
    Grille
Les 100 qui font la ville

2019

Fin juin 2017, l’agence de conseil en projet urbain Citadia a intégré le groupe Scet, filiale de la Caisse des dépôts et consignations spécialisée dans l’ingénierie de projet. Un rapprochement qui avait pour objectif de « structurer, par l’alliance des moyens et compétences (près de 500 consultants), un acteur majeur du conseil aux collectivités, proposant une gamme très étendue d’expertises complémentaires et intégrées, sur toute la chaîne de l’ingénierie de projet ».

Sophie Mougard, directrice de l’Ecole nationale des Ponts et chaussées, se prononce pour « un immobilier plateforme de services dans une ville résiliente, économe en ressources et solidaire ».

Le collectif Métropop s’est donné comme objectifs de faire bouger l’image de la banlieue et de créer de l’adhésion territoriale, alors que le Grand Paris se dessine. Rencontre avec le délégué général de l’association, Julien Neiertz.

Alain Nicole est directeur général de Plurial Novilia, bailleur social du groupe Action Logement en pointe sur l'adaptation des logements et les innovations constructives.

Les cofondateurs de l’agence Obras souhaitent proposer stratégie et qualité urbaine à tous les territoires, à travers des projets économes. En accompagnant les Ateliers nationaux des territoires, ils ont contribué à diffuser la culture du projet urbain.

Jacqueline Osty, formée à l’Ecole du paysage de Versailles, a été consacrée cette année par le Grand prix national du paysage avec In Situ (lire le portrait d'Emmanuel Jalbert), la Ville et la Métropole de Rouen, pour la promenade fluviale rive gauche.

L’agence d'architecture et d'urbanisme Particules s'appuie sur « une forte complémentarité entre processus de projet et actions de transformations concrètes, entre vision politique et sensibilité géographique et environnementale ». Fondée en 2016 par Lou Bellegarde (Ensa de Versailles, master d’urbanisme de Sciences Po) et Fabienne Boudon Boudon (Ensa de Nantes, master d’urbanisme de Sciences Po), à Paris et Berlin – elles ont toutes deux travaillé à l’agence LIN de Finn Geipel –, Particules développe des méthodes de projet issues d’une forte expérience européenne et d’une appétence à l’interdisciplinarité, dans « trois domaines d’actions indissociables : études stratégiques, projets opérationnels et explorations ».

Imprégné d’intérêt général (titulaire d’un 3e cycle en aménagement du territoire après des études de sciences économiques, puis parcours professionnel dans le secteur des entreprises publiques locales), le directeur général de la Serm et de la SA3M à Montpellier milite pour la production d’une ville « aimable ». Christophe Pérez y ajoute volontiers l’adjectif « attractive », comme il l’a exprimé lors du Forum des projets urbains de la Méditerranée, le 28 septembre à Montpellier (cf. Traits urbains 99, page 58).

Le paysagiste lyonnais considère la place donnée au vivant comme un puissant levier d’équilibrage des fonctions urbaines.

Seul maire écologiste à la tête d’une grande ville, Eric Piolle aura poussé sa commune Grenoble sur les rails de la transition. Il faudra bien quelques années pour apprécier les fruits de cette transformation.

Le collectif d'urbanistes Point Virgule explore, de toutes les manières possibles, le devenir des zones d'activités économiques à l'orée de nos villes, afin d'en « révéler les potentialités ». Etudes, expérimentations, colloques, concours photo... tout ce qui peut être utile à la réflexion urbaine a sa place dans leurs travaux.

A la direction du Fourneau depuis février 2018, Caroline Raffin participe depuis plus de dix ans à l'écriture et au développement des projets du Centre national des arts de la rue et de l'espace public (Cnarep) breton, installé sur le port de commerce de Brest.

Imaginez une ville comme une forêt, un écosystème, avec des bâtiments connectés entre eux qui ne produisent pas de déchets toxiques, font circuler l’eau, régénèrent l’air, et abritent de la vie, des insectes, de la végétation… Voilà comment Benoît Renauld, le président de la C2C communauté, rêve la ville, avant d’ajouter : « bien sûr, c’est utopique mais c’est surtout très inspirant. Et à côté de cela, nous avons avec C2C une vision très pragmatique ».

Imaginez une ville collaborative, où les entreprises s’alimentent avec de l’énergie autoproduite dans les immeubles grâce au solaire ou aux éoliennes et échangée sur le net. Une ville où les véhicules électriques arpentent les rue sans chauffeur et sont à disposition des habitants, avec des Fablab où les logiciels sont en opensource, et où les écoquartiers sont passifs en énergie.

Robin Rivaton rêve d’un secteur immobilier non plus constitué de rentiers, mais d’entrepreneurs. Il en a fait un essai et a co-fondé Real Estech, association qui promeut l’innovation dans l’immobilier en rassemblant les start-up et grands groupes du secteur. Pour lui, cependant, « la technologie n’est qu’un moyen » dans la transformation massive sur le point de s’opérer dans l’immobilier.

Maire (PS) de Lens, président de la communauté d’agglomération de Lens-Liévin (CALL), Sylvain Robert préside depuis 2016 l’association Euralens, fondée en 2009 par Daniel Percheron « pour faire en sorte que le Louvre-Lens soit plus qu’un musée ».

Depuis juin 2017, il est le président de Domofrance, une entreprise sociale pour l'habitat implantée à Bordeaux depuis sa création en 1958. Une responsabilité que Philippe Rondot, par ailleurs p-dg de l'entreprise Co-nect, spécialisée dans la communication événementielle, ne prend pas à la légère. « Il y en a qui, durant leur temps libre, font de la voile ou jouent au golf, moi, je fais du logement social », sourit le sexagénaire.

Olivier Sichel, 50 ans, est diplômé de l’Essec, de l’IEP de Paris et ancien élève de l’ENA. D’abord inspecteur des Finances, puis dirigeant d’une filiale de Wanadoo, il a évolué dans le privé avant de devenir, en décembre 2017, directeur général adjoint du groupe Caisse des dépôts (CDC), puis directeur de la Banque des Territoires, à sa création, le 30 mai 2018. Il est également membre du comité exécutif de la Caisse des dépôts et du comité de direction du groupe.

Bernard Stiegler est philosophe. Spécialiste des mutations induites par les technologies numériques, initiateur et président du groupe de réflexion philosophique Ars Industrialis créé en 2005, il est directeur du département du développement culturel du Centre Georges Pompidou. Il a été directeur de programme au Collège international de philosophie, professeur à l'UTC (Université de Compiègne), directeur de l'unité de recherche Connaissances, organisations et systèmes techniques, qu'il y a fondée en 1993, directeur général adjoint de l'INA (Institut national de l'audiovisuel), puis directeur de l'Ircam (Institut de recherche et de coordination acoustique/musique).

Il y a un an, à l’occasion du Simi, Icade annonçait la création de Synergies Urbaines, son opérateur « concepteur de quartiers pour la ville de demain ».

Après une prime enfance passée en Tunisie, Henri Bava découvre à l’âge de sept ans la banlieue nord de Paris. Olivier Philippe, lui, séjourne pendant plusieurs années à Bombay. Michel Hössler, d’origine allemande, est un enfant d’Aubervilliers et de Saint-Denis. Tous trois revendiquent une multiculturalité qu’ils développeront dans leur pratique professionnelle et traduiront par des implantations à l’étranger, notamment en Allemagne depuis vingt ans.

A la question « où habitez-vous ? », Youssef Tohmé répond en riant : « Je vis dans l'avion ». C'est vrai, entre son agence libanaise Y.Tohme/Architects&Associates ouverte à Beyrouth en 2008, son antenne parisienne, et ses projets, l'architecte-urbaniste mène presque une vie de nomade. De toute façon, il ne saurait pas où poser ses valises : « Je n'ai pas encore trouvé la ville idéale », précise le quarantenaire. Avant d'ajouter pensif : « elle n'existe certainement pas ».

L’agence d'architectes et d'urbanistes Tica1, basée à Nantes, regroupe quatre associés, entourés d'une dizaine de collaboratrices et collaborateurs. Jérémy Gouellou est architecte-urbaniste (Institut de géoarchitecture de Brest, Ecole d'architecture de Nantes) ; Marie Périn, architecte et géobiologiste (Paris-La Villette, Ecole française de géobiologie) ; Charles Coiffier et Grégoire Barraud, architectes (Ecole d'architecture de Nantes).

Toposcope est une Scop pluridisciplinaire. Ses membres défendent « une vision ouverte, fédératrice et plurielle de l’espace » et traduisent dans leurs projets « intérêt général, qualité écologique et équité sociale » mais aussi « la qualité d’usage essentielle aux espaces vécus ».

De la place de la République aux places du Grand Paris, le tandem de TVK souhaite construire une culture collective des métamorphoses métropolitaines.

C’est l’histoire de Gilles, un fonctionnaire chargé en 2050 de mettre en place la concertation autour du « méga grand Bordeaux ». Pourtant très vite, noyé dans les travaux d’expertise, le projet capote. Et alors que Gilles part, façon road-movie, à la rencontre des habitants, des urbains, comme des ruraux, se dessine une carte du territoire, sous forme de roman graphique.

Les 100 qui font la ville

Les 100 qui font la ville, un hors-série du magazine Traits Urbains

Suivez-nous